7.5 C
Paris
samedi 26 novembre 2022

Tendance formation : aligner les compétences sur la stratégie de l’entreprise dans une logique d’entreprise apprenante

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Interview de Marie-Alice Portmann, DRH Ayming.   Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

Quelles sont les différentes dimensions d’une entreprise apprenante ? Comment embarquer les différentes parties prenantes, à savoir les collaborateurs de tous niveaux comme le comex ? Quel rôle pour les managers ? Comment proposer des contenus clairement connectés aux enjeux de l’entreprise ? Lors de cette deuxième table ronde du #RRH Days 2022*, le 30 septembre 2022 au Medef à Paris, nos experts ont proposé plusieurs pistes, à partir de leurs vécus dans l’édification d’entreprises apprenantes optimisées.

Faire face, se reconfigurer et se transformer : l’inexorable avancée de la formation

Bonne nouvelle, la formation est de retour sur le devant de la scène. L’entreprise s’est saisit des enjeux de la formation, d’abord en faisant face en plein cœur de la crise covid. Elle s’est rapidement employée à se reconfigurer. « Cette phase apprenante et collaborative a permis de déployer d’autres modes de délivrance que le seul présentiel, explique Jean-Roch Houllier, head of learning & digital à Safran. Elle se transforme désormais. Nous avons greffé un plan de transformation pour générer du sens, structurer et aider à la négociation. » Les compétences, le recentrage du dialogue sur l’employé et l’entreprise apprenante : tels sont les trois piliers de ce plan du groupe misant sur l’internationalisation et la digitalisation.
Pour ce professionnel, il convient de bien définir l’entreprise apprenante dans ses différentes dimensions.
1ère dimension, l’accès au savoir pour tout salarié : « Nous voulons poussons nos programme de manière équitable partout dans le monde, avec du distanciel synchrone et du distanciel en face à face. » Avec l’idée également de tenir compte des spécificités régionales… pas facile quand les collaborateurs en Asie consomment principalement du e-learning asynchrone et l’Europe affectionne le présentiel. Outre le principe d’équité de la formation, le savoir est partout, donc soumis au principe de l’ubiquité : « L’entreprise apprenante doit s’ouvrir sur le monde et développer l’esprit critique, avec des contenus divers et variés, des agrégateurs de contenus. »
2e dimension : le regard porté par l’entreprise sur la formation. Le boston consulting group plaide pour placer le Chief Learning Officer dans le comité stratégique de l’entreprise.
3e dimension : le collaboratif avec une certaine maturité dans la cocréation des savoirs. Chez Safran, constitué en infra-sociétés (plus de 12), le principe de co-création et de partage est une réalité et une nécessité. La philosophie de base ? Chacun sait quelque chose et peut participer à la construction des savoirs, avec des postures de facilitation, de contenus accompagnés, plutôt que de l’information descendante. Concrètement, le groupe a élaboré un portail digital de 7 000 contenus, avec 600-700 auteurs à bord. « Il est important de tenir un discours « safranisé » avec des posologies à l’extérieur qui challengent à l’intérieur », appuie Jean-Roch Houllier.
4e dimension : l’implication du management dans les « voyages d’apprentissage ». Pour que les managers ne perçoivent plus la formation comme un coût mais un investissement. Un plan d’action tutoral sur le poste de travail permettant au manager de voir concrètement les choses, engage davantage.

Porter l’entreprise apprenante au plus haut niveau

«Une entreprise apprenante ne fonctionne que si elle est portée au plus haut niveau», intervient Christel Lambolez, fondatrice Jobsferic et organisatrice du RRH Day. Sophie Jallabert, directrice Académie Generali France : « Chez nous, c’est un écosystème, qui doit être tellement organisé et structuré que cela devienne culturel. Cela nécessite forcément l’implication du Comex, à tous les niveaux : dans l’engagement et dans l’animation en tant que porte-parole dans nos programmes. » Faire entrer le Comex dans le concret avec la co-construction : voilà une belle manière de valoriser le programme de formation et d’avoir des collaborateurs engagés. C’est un investissement. En temps notamment. Avec l’élaboration de règles du jeu en amont (par exemple une charte de formateur métiers) à diffuser largement. Avec la mise en place de programmes permettant le partage et la diffusion des savoirs où chacun devient acteur du développement des compétences.
A l’Académie Generali, c’est leur priorité : « Nous sommes une société d’expertise. Depuis plus de dix ans, nous détachons des commerciaux dans l’équipe de l’académie : ils forment leurs pairs, gagnent en compétences et en ingénierie. Outre le tutorat et le mentoring pour nos plus jeunes, nous avons déployé des programmes avec des facilitateurs, un cercle des innovants de 300 personnes participant et faisant intervenir des start-up. » Selon Sophie Jallabert, plus de 10 % des collaborateurs sont directement impliqués dans l’entreprise apprenante, avec une progression de dix ans en deux ans grâce aux classes virtuelles et aux nouvelles technologies.

Avoir une logique d’apprentissage entre pairs et viser le rôle d’ascenseur social

Le cœur d’activité de Oui Care, spécialiste des services à domicile, est constitué des intervenants. Ce sont ces « personnes de l’ombre aux métiers difficiles et faiblement rémunérés » comme l’évoque Étienne Ageneau, directeur du développement du capital humain de l’entreprise, qui ont besoin d’une formation intégrée dans leur travail et gagnent à être formées par leurs pairs.
Depuis 2019, après un premier travail sur des référentiels métiers avec plusieurs niveaux de granularité, Oui Care propose une offre de formation très digitalisée complétée d’un système de tutorat et mentorat travaillé. « Nous croyons beaucoup à la formation dans l’action et dans la situation de travail. Nous apprenons en faisant et avec ses pairs. » Cette logique d’apprentissage entre pairs, primordiale, prend la forme notamment de défis obligeant les apprenants à mettre en place ce qu’ils apprennent en formation.
« La logique d’ancrage est essentielle pour l’entreprise apprenante, souligne Étienne Ageneau. Notre enjeu est de réussir à mettre en place ces passages en action tout comme de jouer un vrai rôle d’ascenseur social. » Pour cela, Oui Care a ouvert début 2022 une plateforme de création de contenus aux collaborateurs et, c’est assez innovant, à leurs enfants, avec du contenu pour le collège et le lycée. Vous avez dit rôle sociétal de l’entreprise apprenante ?

Investir et progresser dans l’entreprise apprenante

« Pourquoi investir et progresser dans cette entreprise apprenante ? Qu’est-ce qui fait que ces dirigeants s’investissent dans ces sujets ? Comment développer le cross-mindset ? ». Questionnés sur ces sujets par Thierry Bonetto, ex-directeur du Learning Development, Global Head of Danone Academy et fondateur de Learning Futures, nos intervenants professionnels ont avancé plusieurs pistes de réflexion :
Proposer des contenus clairement connectés à vos enjeux, comme par exemple d’élaborer un programme de formation en mode inter-entreprise plutôt qu’en intra, avec la vocation de décloisonner les entreprises d’un groupe, à l’instar de Safran.
Ouvrir les recrutements : en l’absence de ressources en interne sur des métiers en tension, pourquoi ne pas se tourner vers vos partenariats associatifs ? C’est le choix réalisé par Generali France avec sa fondation aux réfugiés et à leurs familles. Cette vision permet de faire évoluer tout le corps social et transforme les choses tant au niveau d’un service qu’au niveau humain.

Sensibiliser et donner du sens : les métiers évoluent avec les nouvelles technologies : les apprenants ont-ils bien conscience qu’ils doivent se développer ? Et que vont-ils devenir ? Nous touchons là la nécessité d’adaptation constante, mais également la quête de sens des individus par-delà leur métier. Oui Care travaille ainsi à un plan « défi numérique » mis en place par le gouvernement et développe une plateforme de valorisation de leurs métiers.
Travailler sur des compétences plus transverses donc plus durables : par exemple avec les compétences cognitives (Learning skills – 4C : Critical Thinking (Pensée critique), Créativité, Coopération, Communication). Le travail en miroir permet également d’éviter la sclérose des compétences et de reconsidérer ce qu’on croyait acquis.

« En matière d’entreprise apprenante, le rôle des managers est clé » a souligné notre autre expert de cette table ronde Julien Kokkinos, Partner Innovation HR Reacteev. Ce sont eux qui vont permettre d’activer et faire vivre différentes façons d’apprendre dans la dynamique de travail. Outillage des managers afin de les aider à déployer des miniformations, mise en place de cafés digitaux et autres moments d’échanges d’émotion et d’informel : vos managers sont évalués également sur la transmission. A vos indicateurs de performance sur le sujet !

 

Pascale Kroll

 

Revoir tous nos REPLAY dans le JOBSFERIC LAB et partager avec vos pairs sur notre plateforme collaborative

CONNEXION

*L’événement #RRHDay pour [R]évolution RH est la manifestation annuelle du média JOBSFERIC. 200 décideurs RH & formation inscrits pour cette 5e édition.

 

 

Vous devez être inscrit pour lire la suite de cet article ou télécharger votre livre blanc thématique !Cliquez ici pour vous créer un compte gratuitement sur Jobsféric.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

La personnalisation des organisations du travail est le futur de l’entreprise

Tribune de Jérôme Friteau, Directeur des relations humaines et de la transformation de la CNAV. Même si la dynamique est lancée depuis plusieurs années, il...

Digitalisation RH : de l’IA responsable au Métavers

Comment allier la sobriété numérique et le développement des usages pour saisir des opportunités de développement et servir un collectif ? Comment ne pas être...

Tendance formation : aligner les compétences sur la stratégie de l’entreprise dans une logique d’entreprise apprenante

  Quelles sont les différentes dimensions d’une entreprise apprenante ? Comment embarquer les différentes parties prenantes, à savoir les collaborateurs de tous niveaux comme le comex ?...

Webconférence – Innovation RH dans le service public : la Cnav prend la parole

Découvrir les initiatives RH de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (Cnav), première caisse de retraite de France, et des territoires pour contribuer à la...

Tendance marque employeur : nouvelles formes d’engagement, nouveau contrat social

Le phénomène de grande démission outre-atlantique s’importe-t-il bien en France ? Les salariés sont-ils réellement désengagés ? Quel contrat social nouveau résulte des nouveaux modes de...