16 C
Paris
samedi 28 mai 2022

Chief Talent Officer (CTO) : de l’acquisition de talents au community builder

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Interview de Marie-Alice Portmann, DRH Ayming.   Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

Les grands groupes peuvent désormais compter sur un nouveau général pour enrichir ses troupes: le chief talent officer. Ce petit dernier de la famille des RH émerge surtout en région parisienne et dans le secteur de High-tech. Mais ce poste, qui a pour objectif de recruter et de maintenir les talents dans l’entreprise, devrait se développer. « Demain, on trouvera des CTO dans l’agroalimentaire, dans des usines qui fabriquent du carton, même dans l’industrie lourde, estime Élodie Labrosse, CTO indépendante. Ce sera une nécessité parce que tout s’automatise. On va vers une transformation liée aux nouvelles technologies et il faut engager les collaborateurs dans la réussite de l’entreprise. » Les sociétés, quelle que soit leur taille, start-up comprises, vont donc avoir de plus en plus besoin de recruter ou de consulter des professionnels de la stratégie d’acquisition de talents. « A mesure que la ressource devient stratégique, voire vitale, la difficulté à recruter devient un sujet, d’où la nécessité de créer un poste « chief » pour travailler sur la question », précise Emmanuel Stanislas, fondateur de Clémentine, cabinet de recrutement spécialiste du Digital et de l’IT.

Facteur conjoncturel

Le spécialiste souligne néanmoins les variantes conjoncturelles qui pourront peser sur le développement du poste. « Le recrutement ultra-stratégique a déjà été un sujet avant 2008, illustre-t-il. Puis, il y a eu des crises successives. Aujourd’hui, l’économie française va bien, il y a plus d’entreprises qui cherchent à embaucher que de profils sur le marché, donc les projecteurs sont braqués sur les talents. Le nombre de CTO évoluera en fonction de la tension sur le marché et de l’économie en général. »
L’aspect stratégique du métier devrait en tout cas se préciser, malgré les variations conjoncturelles de l’économie. Le rôle continuera de se dissocier des fonctions du DRH. Celui-ci conservera l’aspect politique, comme la négociation avec les syndicats, et légal des fonctions RH. Le CTO, en revanche, sera le professionnel en charge du recrutement des talents et de la transformation culturelle et numérique de l’entreprise. « Il n’y a plus que des CDI ou des CDD, mais aussi des alternants, des free-lance, il va falloir plus d’experts pour continuer à fidéliser du fait de ces nouveaux paradigmes », explique Élodie Labrosse.

Community builder

Daniel Brunebaum, chief talent officer chez Wemanity Group, estime quant à lui que la fonction va se préciser pour se concentrer davantage sur l’expérience candidat. « La titrisation du poste est en train d’évoluer. Le terme de talent acquisition est obsolète. Aujourd’hui, on parle de community builder, observe-t-il. Les jeunes sont de plus en plus des entrepreneurs, ils ont besoin de libertés. Ils travaillent aussi dans la coopération. Ce qui est en jeu, c’est le montage de communautés. Un talent nous ramène des camarades de promo, des amis, il génère de l’attraction. » La façon de travailler devrait aussi évoluer vers plus d’agilité, à l’instar de ce qui se passe à l’échelle de l’entreprise. « Il y aura toujours le « patron » des RH pour payer les chèques mais il ne procédera plus de la même manière. Le mode de suivi sera différent, les équipes seront plus autonomes et la hiérarchie va s’aplanir. »

Chloé Goudenhooft

 

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

Une mise en place du télétravail variable en fonction des entreprises

Interview de Benoît Serre, DRH France du groupe L’Oréal, vice-président de l’ANDRH (Association Nationale des Directeurs de Ressources Humaines) Où l’entreprise en est-elle en matière...

« Mazars, des amis pour la vie »

Interview de Laurent Choain, Chief Leadership, Education & Culture, Groupe Mazars Le plus grand défi des organisations devient l’accès aux talents. Mazars a décidé de...

Pas de management performant sans rituels réguliers et incarnés !

Vous devez être inscrit pour lire la suite de cet article ou télécharger votre livre blanc thématique !Cliquez ici pour vous créer un compte...

Comment éviter la fuite des compétences grâce à de nouvelles formes d’engagement et une autre promesse employeur ?

Conférence-débat en ligne animée par Christel LAMBOLEZ, fondatrice et présidente du média JOBSFERIC. Jeudi 16 juin 2022 - 09h00 (CEST)   Avec les interventions de : Laurent...

L’apprentissage au cœur de l’entreprise

Learning Technologies France réunit chaque année plus 7,000 professionnels du e-learning, de la formation, des ressources humaines et de la gestion des talents du...