21.6 C
Paris
vendredi 18 juin 2021

Le manager de transition a de beaux jours devant lui

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

Pourquoi le management de transition a-t-il le vent en poupe ?

Le marché de la transition existe en France depuis une vingtaine d’années. En 2016, les cabinets de management ont réalisé 1 000 missions. Il faut également compter les missions effectuées par les personnes indépendantes ou les cabinets de conseil. En Europe du Nord le marché est plus mature. Le métier de manager de transition a de l’avenir devant lui car le marché de l’emploi nécessite à l’heure actuelle de davantage de flexibilité. Recourir à des managers de transition permet aux entreprises de disposer de compétences clés à un moment précis pour une mission donnée.

Quel est le profil type du manager de transition ?

Il s’agit souvent de personnes expérimentées qui possèdent une expertise pointue et qui fonctionnement en mode projet. Généralement nous leur demandons 15 à 20 années d’expérience professionnelle car elles interviennent la plupart du temps sur des projets complexes afin de mettre en place un plan d’action efficace dans un temps limité.
On observe depuis environ 5 ans que le métier tend à se rajeunir. Les quadras recherchent par le biais du management de transition une autre source d’employabilité. Ils assument le choix de vouloir travailler uniquement sur les projets qui les intéressent en mettant leurs compétences au service d’une entreprise dans un temps limité. Le CDI n’est plus la référence aujourd’hui et on constate que les cadres ne vivent pas le management de transition comme une solution de repli mais comme un réel choix de vie professionnelle. Ils veulent être les entrepreneurs de leur propre parcours professionnel.

Quelles sont les principales missions RH réalisées par les managers de transition ?

Les entreprises ont souvent besoin de professionnels pour accompagner le changement, en cas de restructuration par exemple ou de crise managériale. On nous sollicite de plus en plus pour faciliter la montée en compétences des équipes commerciales. Certaines entreprises sont sur des marchés très concurrentiels et ont besoin de développer une approche commerciale plus incisive et innovante. En RH, les besoins se font sentir en matière de relations sociales ou de contextes d’entreprises dans lesquelles des fondamentaux de la fonction ont besoin d’être consolidés ou d’harmonisation de nouveaux process ou outils RH. Les managers de transition peuvent également avoir un rôle de tuteur auprès d’un RRH junior qui vient de pendre ses fonctions.
Depuis environ 18 mois, nous constatons une augmentation des demandes liées à la transformation digitale des entreprises. Le but est de pouvoir apporter une vraie vision RH et d’accompagner le passage d’une culture traditionnelle à une culture digitale. Le défi pour les entreprises est de pouvoir attirer les nouvelles générations et d’être plus visibles auprès d’elles, notamment grâce à la maîtrise des réseaux sociaux. Beaucoup d’organisations de l’Industrie mais également des services ne possèdent pas de culture digitale et cela devient très problématique pour elles.

Quelles ont les qualités requises pour devenir un être un bon manager de transition ?

Elles sont constantes. Il s’agit de l’expertise, l’adaptabilité, la réactivité, la mobilité, la capacité à conduire le changement, l’orientation au résultat, le leadership, la résistance au stress, l’écoute et la flexibilité. Nous avons défini un référentiel de compétences du manager de transition. Afin de mieux les sélectionner, nous les mettons face à des cas concrets de réalisation de missions.

 

 

Propos recueillis par Christel Lambolez

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

L’entreprise hybride : adaptabilité permanente et confiance

Interview d'Eric BACHELLEREAU, DRH du Groupe ALTRAN   Quelles leçons tirez-vous de cette crise sanitaire et de ses conséquences sur l’organisation du travail ? L’organisation hybride concerne...

Santé et nouvelles technologies : une révolution en marche

Interview de Rémi BOYER, DRH du groupe KORIAN   Pouvez-nous vous présenter votre groupe et les particularités de vos métiers ? Le groupe Korian emploie 56 000 salariés en...

Covid, environnement et nouveau souffle de l’Aéronautique vers la mobilité du futur

Interview de Frédéric HENRION, DRH SAFRAN Helicopter Engines   Pouvez-vous nous expliquer vos activités et qu’entendez-vous au sein du groupe Safran par Responsabilité Sociale des Entreprises...

Le DRH stratège et « maker » pour favoriser l’agilité de situation, rassurer et faire bouger les lignes

Interview de Virginie FLORE, DRH Groupe Spie batignolles   Comment votre groupe a -t-il affronté la crise sanitaire actuelle et les confinements ? En l’espace de 24 heures,...

« Connaître ses enjeux business à moyen terme et rester sur ses fondamentaux RH coûte que coûte »

Interview de Patrick PLEIN, VP Human Resources chez VINCI Energies International & Systems. Nous vivons une période exceptionnelle qui aura de lourdes conséquences sur la...