18.4 C
Paris
dimanche 25 juillet 2021

Une gestion des carrières située à la croisée des services

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Interview de Marie-Alikce Portmann, DRH Ayming.   Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

Un énoncé de poste obsolète ? Difficile en tout cas de lui donner une place précise au sein de l’entreprise. A mi-chemin entre plusieurs postes, lié aux politiques de développement RH de l’entreprise, son évolution relèverait des opportunités en interne. « Peut-être que la fonction fusionnera avec celle de responsable marque employeur, si les ressources humaines finissent par intégrer ces responsables » suggère Estelle Raoul, directrice senior du cabinet de recrutement Page Personnel. Pour Séverine Ventolini-Silva, responsable du Master 1 GRH de l’IAE de Dijon, la fonction pourrait s’orienter vers les questions de mutations : « Ces gestionnaires seront amenés à proposer des parcours d’accompagnement pour des métiers en tension et devront de plus en plus gérer la mobilité fonctionnelle, à l’international ou entre les entités d’un même groupe. » C’est Alexandre Pachulski, directeur général produits de TalentSoft, qui a la vision la plus optimiste : le gestionnaire de compétences ou/et de carrières de demain « sera moins dans les évaluations que dans la centralisation des interactions ». Une sorte de coordinateur.  

 

RH, Relations Humaines

 

« Jusqu’en 2000, les RH se résumaient à des tâches administratives, comme la gestion de paie et des congés, rappelle Alexandre Pachulski. Vers 2005, on a commencé à prendre conscience de l’importance du capital humain et à utiliser la notion de talents. » Avec les réseaux sociaux, la manière de travailler des gestionnaires de carrières ou de compétences évolue déjà. « Le gestionnaire des compétences ne peut passer à côté de LinkedIn et le gestionnaire des carrières ne peut faire l’impasse sur Google+ » analyse Pachulski. Le gestionnaire de carrières ou compétences de demain ne sera plus là uniquement pour conduire des process RH structurés, mais il s’assurera entre autres de la motivation des collaborateurs et de la bonne diffusion de la culture managériale au sein de l’entreprise. « Il deviendra un responsable en relations humaines plus qu’en ressources, un RRH à la lisière du back-office et des besoins de l’entreprise, à l’écoute de tous les services » imagine Alexandre Pachulski.  

 

Dépasser la phase process

 

On reste cependant dans la prospection. « Aujourd’hui, je vois au mieux un bon coordinateur de process RH entre eux¸ mais pas encore de coordinateur interservices » observe le partner de TalentSoft. François Geuze, président de Référence RH, se montre encore plus réservé quant au changement de paradigme : « Les effectifs de la fonction RH sont en décroissance et la tendance est à la multiplication des process. De plus, aujourd’hui, un RRH de PME passe plus de temps à régler des évolutions règlementaires qu’à aller voir les salariés. »

Pourtant ce poste de gestionnaire-coordinateur arriverait à point nommé pour une génération Y composée de « slashers », ces collaborateurs faisant plusieurs tâches. « La transformation des RH que je souhaite amènera une visibilité dont l’absence n’est plus tolérée par les jeunes. Ils savent mettre en perspective et sont moins enclins à écouter nos dires » constate Alexandre Pachulski. Des gestionnaires RH d’un nouveau type, faisant plus du coaching que du contrôle, pourraient ainsi, à terme, séduire ces « Y » exigeants et faire progresser les ressources humaines vers une nouvelle ère. Où l’humain serait au cœur de l’entreprise et des services.  

 

Guillaume Serres   

 

 

 

 

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

La tendance Green IT touche les RH

Faire de la crise une opportunité RH pour accompagner une transition durable. Tribune de Pascal Pezard, co-fondateur et responsable R&D de Sopra HR Lab,...

Autonomie, responsabilisation et confiance permettent une adaptation rapide en période incertaine

Interview de Solène Hébert, DRH d’Harmonie Mutuelle.   Est-ce que la crise sanitaire vous a permis de repenser l’organisation du travail ? L’impression à tirer de cette...

Gestion de crise et recentrage sur l’essentiel !

Interview de Guillaume Rabel-Suquet, DRH au sein du Groupe Manitou. Quelles sont été les conséquences de la crise sanitaire sur l’organisation du travail ? Sans nul...

Team Buiding virtuels veut stimuler l’esprit d’équipe des salariés même en période de télétravail

Interview de Alexis Prat, cofondateur de Boomrang Events. Pourquoi les activités de team building virtuels s’impose comme la grosse tendance 2021 ? A l’heure où le télétravail...

Le management créatif au service de l’agilité !

Interview de Christel Lambolez, fondatrice de JOBSFERIC. La pandémie a montré que le management devait être inventif en bousculant les modèles établis et poussé à...