Pouvez-vous dans un premier temps nous expliquer la genèse de votre groupe ?

HOPPS Group est un groupe français qui a été créé en 2017 par trois entrepreneurs suite au rachat d’Adrexo à SPIR Communication. Il est structuré autour de deux grands pôles d’activités : les solutions de logistique e-commerce et le média courrier. Il s’est construit par croissance externe et organique au cours de ces deux dernières années avec pour objectif de devenir l’un des leaders sur ses marchés. Le chiffre d’affaires prévisionnel consolidé 2018 des sociétés qui lui appartiennent s’élève à près de 560 millions d’euros et devrait dépasser les 900 millions d’euros d’ici 2023. Le groupe emploie aujourd’hui près de 22 000 collaborateurs, répartis sur 270 centres et entrepôts logistiques en France, et accompagne 25 000 clients.

La première année nous a permis de consolider nos activités puis nous avons développé de fortes synergies entre Colis Privé et Adrexo. Cette première phase nous a permis de développer nos compétences notamment en matière de livraison de colis. Puis, au niveau de la gouvernance, nous avons opéré un partage des responsabilités des Directions Générales respectives sur des activités transverses comme le « sales » ou les opérations. Les structures opérationnelles sont restées dédiées. Ensuite, nous avons commencé à travailler à la création de hubs et de plateformes de distribution communes.

Quelle a été la contribution de la RH pour assurer la performance de cette nouvelle entité ?

Au niveau de la DRH, nous devons aujourd’hui apporter des solutions clé en main, packagées, au service du développement des compétences et de la rentabilité. Nous sommes plus qu’une fonction support de l’entreprise et sommes réellement des business partners. Nos activités sont en pleine transformation, les métiers évoluent très vite et les secteurs du e-commerce et de la logistique sont en tension car ils connaissent un fort développement et donc un fort besoin en ressources humaines. Nous sommes évalués sur notre capacité à engager de la performance sur le long terme. Nous devons rechercher des leviers financiers pour développer l’entreprise et accompagner l’évolution de nos métiers. Cela passe notamment par une participation à de vastes programmes d’inclusion sociale et par l’activité de notre académie interne de formation, la « HOPPS Academy » qui forme près de 3 500 stagiaires par an. Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec les collectivités locales, les mairies, les structures d’insertion et Pôle emploi. Le RH doit participer aujourd’hui à une partie de la rentabilité du processus de production de l’entreprise et à sa performance !

Quels sont vos principaux challenges RH aujourd’hui ?

Nous devons assurer la qualité de nos services. Or, pour cela, nous avons besoin de fidéliser nos équipes qui maîtrisent bien les circuits de distribution. Le challenge est difficile car nous ne pouvons structurellement que leur offrir des contrats à durée indéterminée à temps partiel, de 6 à 14 heures en moyenne par semaine du lundi au mercredi. Les salariés sont libres de leur temps pour distribuer le courrier et les imprimés publicitaires du lundi au mercredi mais n’ont plus d’activité les jeudis et vendredis, par conséquent ils ne perçoivent pas une rémunération correspondant à un temps plein. Dans ce contexte, il est très difficile de garder les individus et notre taux de turnover est très important ; nous avons 600 à 800 départs chaque mois.

Comment palliez-vous à ce fort taux de turnover aujourd’hui ?

Nous avons créé une plateforme inédite, Job HOPPS, qui a valu cette année à notre DRH Groupe le prix du DRH numérique de l’année. Cette plateforme de recrutement propose 7 000 offres d’emploi à temps partiel pour permettre à nos collaborateurs de trouver un 2e CDI à temps partiel géolocalisé pour augmenter leurs revenus. Nous avons noué de nombreux partenariats avec des entreprises qui rencontraient les mêmes difficultés d’attractivité et surtout de rétention des profils. Job HOPPS est une application d’employeurs co-responsables et solidaires, et notre ambition est de devenir la première application mobile d’insertion sociale en France !

Vous œuvrez également pour l’insertion des personnes éloignées de l’emploi. Qu’avez-vous mis en place ?

Dans le cadre de notre politique RH sociale, nous avons un axe fort autour de l’insertion professionnelle et la non-discrimination grâce à nos méthodes de sourcing, sans CV et diplômes, et d’évaluation basées sur la mise en situation. Mais également, afin de mieux intégrer et accompagner les nouvelles recrues, nous avons mis en place des programmes de formation d’une durée d’environ un an, qui débouchent sur des titres professionnels. Dans le cadre de certains programmes, nous aidons également des salariés à passer les permis de conduire pour qu’ils deviennent chauffeurs. Cette démarche, que nous avons tout d’abord engagée auprès des jeunes issus des QPV à Marseille, nous a permis d’être lauréats du TOP 10 des recruteurs de la Diversité par la fondation Mozaïk en novembre 2018. Adrexo a remporté le trophée dans la catégorie « Intégration des talents » car l’insertion professionnelle est au cœur de sa politique RH.

 

Propos recueillis par Christel Lambolez

 

Cette interview est issue du livre blanc Le DRH « transformeur ». Cliquez pour le télécharger.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here