Quelles sont les tendances observées en matière de recrutement à distance ?

Nous avons constaté que les investissements liés au recrutement ont été gelés et l’activité ralentie les premiers mois de la crise sanitaire sauf pour certains secteurs dynamiques tels que les médias et les jeux. La dynamique de recrutement reprend aujourd’hui tant au niveau des annonces que des projets de jeux. Si le recrutement a connu un ralentissement sur la partie ouverture de postes durant le confinement, les activités de team building ont, elles, fortement progressé. Les entreprises avaient besoin plus que jamais de garder le lien avec leurs équipes et booster leur moral. Désormais, les entreprises se sont adaptées de manière à réaliser la totalité de leur processus de recrutement à distance, que ce soit avec un sourcing en ligne, des évaluations de compétences et des entretiens à distance.

Le sourcing en ligne va au-delà de la traditionnelle chasse de profils tech sur Linkedin. Quelles sont les pratiques développées par les entreprises en la matière ? 

Les entreprises ont compris que, pour arriver à se rendre visible et attirer des candidats fortement sollicités que sont les développeurs, elles ne doivent pas les aborder de manière frontale. Elles diversifient leurs pratiques de sourcing. Nous prônons le principe du matching en demandant aux développeurs quel est leur poste idéal. En ayant une logique inversée, nous avons davantage de réactivité de ce public : leur taux de réponse aux offres excède les 60 %.

Par ailleurs, nous observons un développement inégalé jusqu’ici du sourcing en ligne, avec des événements de recrutements organisés à distance. La grosse tendance est de faire preuve de créativité. Les compétitions de code et hackathons online ont l’avantage de pouvoir rassembler plusieurs milliers de participants aux quatre coins du monde sur le même laps de temps. Les forums d’emplois virtuels, quant à eux, remplacent le dialogue candidat-recruteur en face-à-face avec des échanges par messagerie instantanée, forums de discussion et chatbots. Ils ont explosé ces derniers mois. Cela permet d’optimiser le dialogue, de présenter l’organisation via des témoignages et renforcer leur marque employeur. Certaines entreprises ont opté pour des “journées portes ouvertes en ligne”, avec vidéos de présentation de l’entreprise ou des locaux à l’appui, et échanges en mode webinar via des plates-formes de vidéo-conférence type Zoom pour les sessions de questions-réponses avec les visiteurs.

Qu’observez-vous comme tendance en matière d’évaluation des compétences ?

La tendance est de complètement dépasser des tests QCM avec des questions très théoriques ou de l’exercice à résoudre à la maison pour aller vers des évaluations pragmatiques. Les entreprises privilégient désormais les tests techniques en ligne avec mise en situation professionnelle. Ce sont des sessions de qualification qui font directement programmer les développeurs pour répondre à des problématiques métiers qu’ils pourraient rencontrer demain en entreprise. C’est ce qui permet de recruter véritablement sur la compétence, en éliminant les biais cognitifs.

En misant sur la gamification dans le processus de recrutement, les entreprises donnent une image d’elles très technophile. L’aspect ludique permet en outre de diminuer l’anxiété du process de recrutement voire d’éliminer les aspects rébarbatifs habituels. Plus de 95 % de nos développeurs trouvent leur expérience utilisateur excellente quand ils ont été confrontés à un recrutement gamifié.

Les entretiens en visioconférence sont également une forte tendance. Quelle dynamique percevez-vous pour le recrutement des développeurs ?

Cela se développe beaucoup effectivement, de manière inégale. Ce type d’entretiens est souvent plus complexe à mener qu’un entretien en face à face. La distance ne permet pas de décoder le langage corporel et il peut être difficile de capter l’énergie des candidats. Le point crucial est de conserver la rigueur d’un entretien classique : dress code, ponctualité, et surtout, une qualité de réseau irréprochable pour maximiser l’expérience candidat.

Du côté de la tech, pour aller plus loin, des plateformes de recrutement de développeurs permettent de mener des entretiens techniques en format “live coding”. La fenêtre de dialogue est alors complétée par une interface web de code dynamique qui permet de proposer aux candidats de programmer directement en commentant leur processus de réflexion. Pour les mettre à l’aise dans cet exercice, il convient de leur rappeler qu’on n’attend pas d’eux un algorithme sophistiqué ou une solution optimale mais que c’est un support d’échange pour mieux comprendre leur approche du métier et voir ses facilités d’expression.

Les entreprises ont intérêt à adopter ces nouveaux usages le plus vite possible. C’est ainsi qu’elles pourront mieux attirer et intégrer leurs équipes techniques qui sont 90 % à souhaiter que le télétravail soit pérenne à l’avenir.

 

Propos recueillis par Pascale Kroll

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here