2.6 C
Paris
dimanche 24 janvier 2021

Quelles compétences pour les DRH ?

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

 

 

 

 

Les entreprises recherchent aujourd’hui des DRH avec une profonde et concrète vision du business. La compréhension des enjeux digitaux et une connaissance des problématiques de marque employeur font également la différence. Les qualités comportementales demandées relèvent du leadership, du courage, de la communication et du coaching !

 

 

D’après les chiffres de l’Apec, la fonction RH représentait 13% des postes à pourvoir en France au 2ème trimestre 2014. Chez Hudson, la part monte à 15% « avec une progression de l’activité de 5% ces 2 dernières années, notamment sur les fonctions de DRH ou RRH généralistes, mais aussi sur des postes de spécialistes comme par exemple en Compensation, Reward & Benefits » précise Mylène Roseeuw, consultante senior chez Hudson, avant d’ajouter que « les profils avec 5 à 10 ans d’expérience sont actuellement les plus demandés ».

 

 

Le DRH doit être plus proche du business !

 

 

En 10 ans, le rôle du DRH a énormément évolué pour s’adapter aux nouveaux enjeux humains et managériaux des organisations : soutien managérial, gestion et développement des compétences, accompagnement des réorganisations, maîtrise des coûts, gestion de la marque employeur… Le périmètre du DRH embrasse aujourd’hui des sujets qui touchent le cœur de la stratégie de l’entreprise.

Pour Hudson, une chose est sûre, les entreprises recherchent aujourd’hui des DRH qui ont une profonde et concrète vision du business et sont ainsi capables de comprendre la stratégie de leur organisation. Ils doivent être en mesure de développer une connaissance forte de leur secteur d’activité. En véritable acteur de la conduite du changement, ils doivent avoir une vision stratégique et une approche opérationnelle pour accompagner au mieux l’entreprise et ses organes de direction (notamment générale et financière). Autre évolution remarquable, au cours d’un recrutement, les éléments constitutifs de leur savoir-être pèsent de plus en plus dans le choix du finaliste retenu.

 

 

Les DRH les plus recherchés

 

 

Chez Hudson, les récentes missions de recrutement de DRH montrent que les compétences comportementales plébiscitées par les organisations, aujourd’hui, sont principalement : le leadership, le courage, des qualités de communicant et un tempérament de coach !

Un profil de DRH ayant une bonne compréhension des enjeux digitaux et une connaissance des problématiques de marque employeur peut également faire la différence. On s’écarte des professionnels experts tournés principalement vers les considérations sociales et juridiques pour ouvrir la fonction aux enjeux business.

 

 

Les DRH sont des candidats comme les autres

 

 

Hudson recrute et évalue les DRH suivant la même méthodologie que tous les autres dirigeants et membre de comité de direction, à savoir : une sélection des profils par approche directe ou sur candidature, puis une évaluation des compétences et des motivations par rapport aux critères définis pour la mission et à l’environnement cible. En fonction du profil, Hudson peut proposer un assessment center aux candidats finalistes pour sécuriser la décision de recrutement et donner au futur manager un maximum d’informations pour favoriser l’intégration du nouveau collaborateur. Si l’on se base sur les statistiques issues de l’activité d’Hudson sur les 12 derniers mois, recruter son DRH peut prendre entre 4 et 12 semaines en fonction du profil recherché, du secteur d’activité et de la localisation du poste.

« Lorsque l’on poste une annonce pour un poste de DRH, les candidatures sont généralement très nombreuses. Ce volume de candidatures pouvant être contre-productif, nous conseillons souvent de privilégier une approche plus confidentielle permettant de cibler les profils qui correspondent au cahier des charges défini avec notre client… Par ailleurs, un candidat chassé sera souvent valorisé et rassuré par la démarche », précise Mylène Roseeuw. Elle conseille aux candidats en recherche d’emploi de travailler leur capacité à « se vendre » et à valoriser leur parcours et leur valeur ajoutée. Selon elle, « il leur faut aborder leur rôle d’un point de vue stratégique et pas juste fonctionnel. Les candidats RH doivent démontrer leur capacité à accompagner la stratégie de l’entreprise par la mise en place des stratégies humaines adéquates. Pour cela, la meilleure façon d’aborder une expérience reste de présenter le contexte et les enjeux business de l’entreprise ».

Et évidemment ils doivent s’ouvrir à de potentielles opportunités, utiliser leur réseau et se montrer particulièrement curieux sur l’environnement de l’entreprise pour laquelle ils sont reçus. « Parce qu’ils sont aussi des experts du recrutement, on attend souvent plus des candidats RH. Je conseille donc souvent aux DRH de se mettre à la place des candidats qu’ils reçoivent et de se présenter aux entretiens aussi préparés et documentés que possible », ajoute la consultante.

 

 

Les principales attentes des candidats

 

 

Outre les aspects financiers et matériels, le DRH sera généralement attiré par un environnement présentant des enjeux humains stratégiques. Le profil du Directeur Général sera également un point essentiel dans le choix de rejoindre ou non une nouvelle organisation. Car le binôme DG/DRH doit partager des valeurs et une éthique communes pour collaborer en totale confiance. Dans une enquête récente menée auprès des candidats à des postes de DRH, Hudson s’est intéressé aux raisons pour lesquels les candidats avaient finalement accepté la proposition d’embauche remise : 38% d’entre eux mettent en avant le charisme et les valeurs du CEO et la vision RH de l’entreprise (29%). Ce sont les premières motivations au changement. Les éléments matériels (rémunération, avantages,…) n’arrivent qu’en troisième position (27%).

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

2021 : De l’ancrage et de la fermeté pour les RH

  Une nouvelle année dans l’expectative. Tout le monde attend, d’autres « reconfinements » ou pas… la fin de turpitudes économiques ou pas, la fin d’un...

Résultats de l’enquête « Quel futur pour le management de transition? »

Le management de transition devient-il une voie incontournable pour réussir la transformation des entreprises ? Quelle croissance et quelle évolution pour le management de transition...

Lancement du JOBSFERIC LAB en partenariat avec la plateforme MOBITEACH de XPERTEAM !

  MOBITEACH - Médaillé d'or des Brandon Hall Excellence Awards dans la catégorie "Solutions d'animation de formation".       MOBITEACH vient de remporter l'un des très connus Brandon...

« Une marque ne peut vivre sans une identité sonore performante, elle a trop à perdre »

Interview de Michael Boumendil, président et fondateur de Sixième son Vous avez lancé, en partenariat avec Harris Interactive, un baromètre annuel d'évaluation de la performance...

Kellogg France veut stimuler la créativité par un cadre de travail stimulant !

Interview de Rachida Saraka, DRH Kellogg France.   Vous avez annoncé le lancement de votre nouvelle marque employeur en novembre dernier sur le thème « Nourrissons une...