Vous avez décidé de miser sur la sélection par le jeu. Pourquoi ?

Le recrutement est un véritable enjeu pour SGDB France, filiale du groupe Saint-Gobain spécialisée dans la distribution de matériaux de construction. Nous avons environ 3 600 postes à pourvoir chaque année pour plus de 200 métiers. Il y a une réelle hétérogénéité des métiers. Nos postes commerciaux itinérants sont stratégiques et il nous faut recruter les bons profils. Nous avons donc lancé plusieurs chantiers en matière d’innovation RH dont un jeu en ligne « Escape game » pour recruter ces profils. Le premier test a débuté au mois de mars 2019. Nous faisons donc une sélection des candidats par le jeu sans analyse préalable des curriculum vitae. Nos jeux en ligne se basent sur les neurosciences afin d’identifier les soft skills ou qualités liées au savoir-être.

N’est-ce pas trop risqué de sélectionner vos candidats uniquement sur leurs aptitudes comportementales ?

Cela nous intéresse d’essayer d’autres méthodes de sélection afin de mieux connaître les candidats car on constate que malheureusement les CV sont tous similaires et ne nous permettent pas de sélectionner convenablement sur nos critères de savoir-être. Le commercial B to B doit développer une relation de proximité importante. Le jeu permet de mieux cerner ses capacités d’adaptabilité à un environnement et l’intelligence de situation qui est nécessaire à l’exercice du métier de commercial. Nous avons lancé un pilote pour le métier de commercial itinérant pour les enseignes POINT.P et PUM Plastiques afin de voir si ce mode de recrutement, qui se base sur des tests ludiques et cognitifs, étaient efficaces et nous convenait afin de généraliser l’opération.

Vous avez mis en place un module spécifique « profession recruteur ». Pouvez-vous nous en dire davantage ?

Nous cherchons effectivement à identifier les meilleures pratiques afin d’attirer et de sélectionner les candidats et nous avons mis en place de nombreuses formations. Nous cherchons notamment à bien mener des entretiens de recrutement par exemple. L’entreprise a mis en œuvre un projet collaboratif de grande envergure pour que l’ensemble des salariés puissent apporter leur pierre à l’édifice de sa stratégie.

Comment faites-vous pour fidéliser les jeunes diplômés ?

Nous leur permettons d’accéder à des responsabilités très rapidement et favorisons la mobilité en interne. D’ailleurs, nous réfléchissons à la possibilité d’utiliser aussi le jeu pour nous aider à construire les trajectoires professionnelles des individus. Les jeunes diplômés sont sensibles à l’aspect ludique et engageant du jeu. Ils ne veulent plus passer des entretiens classiques et rédiger des lettres de motivation.

Comment projetez-vous votre métier dans un avenir proche ?

Il va y avoir de plus en plus d’alliances entre les directions métiers et les RH. Les métiers du recrutement se professionnalisent de plus en plus : ils sortent du traitement des candidatures en masse pour mieux qualifier les candidats notamment en tenant compte de la culture de l’entreprise.

 

Propos recueillis par Christel Lambolez

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here