18.4 C
Paris
dimanche 25 juillet 2021

Les labels et les classements ancrent le discours des entreprises dans une réalité

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Interview de Marie-Alikce Portmann, DRH Ayming.   Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

 

L’évaluation des entreprises par leurs salariés et les labels sont-ils une clé pour le management des RH de demain ?

L’intérêt des labels, si l’enquête est réalisée avec des objectifs et des critères indépendants, c’est de donner une information qui correspond à la réalité de ce qui se passe dans une entreprise. Cette information répond aux interrogations d’un candidat. Cela correspond à un besoin d’authenticité et de transparence alors que les employeurs peuvent raconter n’importe quoi. Ils ont un discours « aspirationnel » et il est nécessaire de raconter une histoire autour d’une entreprise, mais ce n’est que partiellement cru. Le label permet de compléter ce discours par une preuve, et les candidats y sont sensibles. Ils se renseignent avant de postuler et ont besoin d’une information fiable et authentifiée par une partie tierce. Le label joue ce rôle, il vient motiver les candidats et renforce l’attractivité d’une entreprise.

Votre start-up propose différents types de classements en fonction du public visé. Le label dédié aux salariés est appelé l’index Happy At Work, et la première édition date de 2014. Qu’est-ce qui différencie votre approche de ce qui existe déjà sur le marché ?

Si une entreprise veut que nous lancions une enquête, c’est gratuit. La label non plus n’est pas payant. Il permet à l’entreprise d’obtenir un macaron qu’elle peut relayer et utiliser comme outil de communication. Nos résultats sont ensuite diffusés dans un classement des Échos.
Notre solution est aussi 100 % participative. Ce qui compte, c’est l’avis des salariés et non pas de savoir si l’entreprise a mis en place telle ou telle action. Nous n’évaluons pas non plus le salaire, mais juste la motivation et la satisfaction. Enfin, nous offrons une analyse et la possibilité d’une multidiffusion digitale toute l’année et en temps réel par le biais d’un logiciel SaaS, disponible sous la forme d’un abonnement. Depuis son back-office, l’entreprise peut communiquer des avis, des data, des tableaux de bord… Elle peut envoyer des données sur Facebook, sur les sites de carrière, sur les intranets d’écoles sous la forme de widget, par exemple.

Vous devez être inscrit pour lire la suite de cet article ou télécharger votre livre blanc thématique !Cliquez ici pour vous créer un compte gratuitement sur Jobsféric.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

La tendance Green IT touche les RH

Faire de la crise une opportunité RH pour accompagner une transition durable. Tribune de Pascal Pezard, co-fondateur et responsable R&D de Sopra HR Lab,...

Autonomie, responsabilisation et confiance permettent une adaptation rapide en période incertaine

Interview de Solène Hébert, DRH d’Harmonie Mutuelle.   Est-ce que la crise sanitaire vous a permis de repenser l’organisation du travail ? L’impression à tirer de cette...

Gestion de crise et recentrage sur l’essentiel !

Interview de Guillaume Rabel-Suquet, DRH au sein du Groupe Manitou. Quelles sont été les conséquences de la crise sanitaire sur l’organisation du travail ? Sans nul...

Team Buiding virtuels veut stimuler l’esprit d’équipe des salariés même en période de télétravail

Interview de Alexis Prat, cofondateur de Boomrang Events. Pourquoi les activités de team building virtuels s’impose comme la grosse tendance 2021 ? A l’heure où le télétravail...

Le management créatif au service de l’agilité !

Interview de Christel Lambolez, fondatrice de JOBSFERIC. La pandémie a montré que le management devait être inventif en bousculant les modèles établis et poussé à...