13 C
Paris
dimanche 16 mai 2021

Le SIRH : un métier pointu qui se fait rare

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

 

 

Responsable SIRH, un profil convoité par les recruteurs ? Dans un climat de crise et de recherche de performances, le SIRH s’impose dans l’entreprise. Selon une étude du cabinet Michael Page*, son rôle est même en train d’ « exploser » et il est en passe de devenir le poste clé de la DRH. Sa fonction, encore parfois assimilée au poste d’informaticien du service RH, permet en effet d’optimiser les processus et d’accroître les performances de l’entreprise. Cet architecte des ressources humaines porte la stratégie RH et la met en oeuvre grâce aux systèmes d’information (SI).

 

« Le SIRH, qui travaille généralement dans de grandes entreprises, est au carrefour des SI et des RH. Sa fonction s’est complexifiée et exige aujourd’hui des compétences de haut niveau », explique Patrick Storhaye, auteur du livre « Le SIRH : enjeux, facteurs de succès, perspectives » (Editions DUNOD). On le trouve dans les entreprises qui veulent mettre en place une véritable stratégie RH ». Une fonction à responsabilité qui touche à des « processus critiques », comme la gestion de la paie, dans l’entreprise. « Le profil recherché doit avoir des compétences en SI, en architecture d’entreprise ainsi qu’en gestion de projet et être capable de traduire les clés d’arbitrage », précise-t-il.

 

Le SIRH doit être force de proposition

 

«  90% de ma journée est consacrée au management de projet SI. Quand je mets en place un logiciel, par exemple, il faut estimer le coût, planifier le projet dans le temps et organiser des réunions pour convaincre mes interlocuteurs », détaille, de son côté, Guillaume Courtois, responsable SIRH dans le groupe immobilier Nexity. Des connaissances en RH et en technologies web sont également requises. « Les logiciels évoluent sans cesse et les outils technologiques également. Le responsable SIRH doit être à l’aise avec les ces nouvelles tendances et savoir les utiliser. A lui de proposer la mise en place d’un réseau social d’entreprise, par exemple », précise-t-il. Autant de nouveaux outils qui obligent donc la fonction SIRH à repenser sa stratégie.

 

Ses responsabilités varient selon qu’ils soit rattaché tantôt au Directeur des Ressources Humaines (DRH), au Directeur des Systèmes d’Information (DSI), ou à une Direction spécifique. Pour avoir le poste, 5 ans d’expérience minimum sont généralement requis. Et pour l’atteindre, plusieurs voies sont possibles. Postuler directement à une offre bien sûr mais aussi faire ses preuves sur un poste de chargé de mission RH ou dans un service de paie pour s’orienter ensuite vers un poste de manager SIRH. Aux commandes, le directeur ou le responsable SIRH gagnent en moyenne autour de 70 000 € bruts par an.

 

SIRH, un métier en tension

 

Difficile toutefois d’accéder à ce poste, encore peu disponible. « Il y a peu d’emploi à pourvoir, confirme François Geuze, président de Référence RH, réseau des Troisièmes Cycles RH français. Cela s’explique notamment par le faible turnover des gens en poste ». Aujourd’hui, le SIRH n’est en effet pas présent dans toutes les entreprises et certaines d’entre elles externalisent la fonction en faisant appel à des cabinets de consultants en SIRH.

 

Le responsable SIRH en entreprise pourra d’ailleurs basculer vers ce type de sociétés ou évoluer en interne vers des postes de responsable de projet RH, de la paie ou de l’administration du personnel. « Le SIRH n’est pas un métier passerelle mais il permet quand même des évolutions », conclut François Geuze.

 

Audrey Pelé 

 

 

*Etude de fonctions et rémunations des professionnels du SIRH 2012/2013, Michael Page/ObservatoireSIRH

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

Télétravail et territoires : les entreprises développent leur écosystème et leurs talents

Tribune de Véronique Montamat, directrice marketing, Sopra HR Software. L’année 2020 a été marquée par une crise sanitaire sans précédent et nous n’avons pas fini...

Le podcast learning pour engager les collaborateurs à se former !

Interview de Pierre Denis, fondateur Tootak Pro, spécialiste du podcast learning. Avec Tootak Pro, voici deux ans que vous proposez des podcasts learning aux entreprises...

Une RH porteuse de la résilience des organisations?

A l’heure des incertitudes d’un monde en perpétuel mouvement, avec des entreprises en proie aux fluctuations  des marchés mais également aux cas de force...

L’entreprise apprenante, une fadaise ?

 Tribune de Mathieu Heidsieck, associé de Xperteam et co-fondateur de Mobiteach.   Trop souvent revendiqué à peu de frais pour un embellissement marketing, on finirait par...

Une entreprise résiliente dans un environnement imprévisible

Savoir décider dans l’incertitude : un processus ? Une tribune de Denis Bismuth.   La grande crise que nous vivons depuis plus d’une année a servi de...