Pour piloter le changement, la notion de performance devra être au cœur des problématiques des futurs DRH pour bouleverser et dynamiser la gestion des RH. Ils devront posséder des connaissances solides en économie et gestion leur permettant d’appréhender dans sa globalité l’entreprise, son contexte d’évolution, son activité et ses enjeux stratégiques. Mais aussi son organisation sur le plan humain : gestion d’hommes et de femmes. Ils devront alors être capables de mieux gérer les relations sociales avec tous les acteurs sociaux (syndicats, délégués…).

 

 

Culture plus large et ouverture d’esprit 

 

 

GPEC, formation, relations sociales, communication, rémunération… sont autant de domaines qu’ils devront maîtriser à l’avenir, mais révolutionner ensemble. Pour cela, « les DRH de demain reviendront sur les bancs de l’école pour échanger entre eux ou rentreront en contact dans des formes de communauté pour se guider entre eux », annonce Catherine Voynet-Fourboul, directrice du master Executive RH du Ciffop. Les formations de demain devront également leur permettre une plus large culture et ouverture d’esprit, nécessaires aux résolutions de conflits, dans des approches moins consensuelles, ou encore pour faire face aux situations inattendues. Les enseignements proposés devront développer leur curiosité intellectuelle. Sans oublier d’intégrer, au cœur de leur programme, l’innovation qui prendra une part de plus en plus conséquente dans ce métier. Les formations devront ainsi davantage sensibiliser les futurs professionnels à la production d’idées innovantes. Mais également former des cadres capables de gérer des ressources humaines multiculturelles, de plus en plus nombreuses dans les entreprises, et d’accompagner les expatriés.

 

 

Des ressources digitales pour une meilleure transparence

 

 

Pour autant, les jeunes générations de DRH devront également apporter un souffle nouveau à la profession en mettant au cœur de leur gestion des ressources humaines, le numérique. Pour trouver la ressource rare, ils pourront notamment mettre le Big data à leur profit en collectant et analysant un ensemble de données disponibles sur le Web, notamment. Ou en transformant l’usage des réseaux sociaux : les DRH peuvent faire changer les mentalités et rendre davantage accessible le monde de l’entreprise aux futurs collaborateurs, en prônant une communication transparente et instantanée, que ce soit en termes de diversité, de responsabilité sociétale. Permettant aux candidats de postuler en toute connaissance de cause.

 

 

 

Sophia Amar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here