21.6 C
Paris
vendredi 18 juin 2021

La formation, une voie de garage ?

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

 

Aujourd’hui, le job de responsable formation est réservé à ceux qui ont plusieurs années d’expérience, au minimum 3 à 5 ans. Et pour accéder à ce poste, plusieurs voies sont possibles. Classiquement, le candidat, diplômé en RH, fait généralement ses classes dans un service ressources humaines. Chargé de recrutement ou assistant RH à ses débuts, il évolué ensuite vers un poste de chargé de formation avant de devenir responsable. Mais en interne, les managers, ceux reconvertis dans la formation qui connaissent bien l’entreprise dans laquelle ils travaillent, peuvent aussi espérer devenir responsable formation.

 

Une fois en poste, ce dernier, qui travaille généralement au sein de grandes entreprises, touche un salaire d’environ 35/40 k€/an pour un junior jusqu’à 50/55 k€/an pour un sénior. Mais Gaëtan Mairiaux met en garde les postulants : « la formation est un peu une voie de garage ». Le risque ? « Les responsables formation, considérés comme trop spécialisés par les recruteurs, ont parfois des difficultés à rebasculer vers un autre poste dans le service RH ». Noemie-Sichel Dulong précise que ceux qui parviennent à étoffer leur poste avec le recrutement et le pilotage des carrières pourront se diriger vers le métier de responsable développement RH. Autre piste, quitter l’entreprise et devenir consultant formation dans un cabinet. En période de crise et de baisse des budgets, certaines entreprises ont en effet externalisé la formation dans l’objectif d’optimiser les coûts. Reste une ultime voie de sortie pour ceux qui ont de l’ambition : prendre la place du DRH !

 

Audrey Pelé

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

L’entreprise hybride : adaptabilité permanente et confiance

Interview d'Eric BACHELLEREAU, DRH du Groupe ALTRAN   Quelles leçons tirez-vous de cette crise sanitaire et de ses conséquences sur l’organisation du travail ? L’organisation hybride concerne...

Santé et nouvelles technologies : une révolution en marche

Interview de Rémi BOYER, DRH du groupe KORIAN   Pouvez-nous vous présenter votre groupe et les particularités de vos métiers ? Le groupe Korian emploie 56 000 salariés en...

Covid, environnement et nouveau souffle de l’Aéronautique vers la mobilité du futur

Interview de Frédéric HENRION, DRH SAFRAN Helicopter Engines   Pouvez-vous nous expliquer vos activités et qu’entendez-vous au sein du groupe Safran par Responsabilité Sociale des Entreprises...

Le DRH stratège et « maker » pour favoriser l’agilité de situation, rassurer et faire bouger les lignes

Interview de Virginie FLORE, DRH Groupe Spie batignolles   Comment votre groupe a -t-il affronté la crise sanitaire actuelle et les confinements ? En l’espace de 24 heures,...

« Connaître ses enjeux business à moyen terme et rester sur ses fondamentaux RH coûte que coûte »

Interview de Patrick PLEIN, VP Human Resources chez VINCI Energies International & Systems. Nous vivons une période exceptionnelle qui aura de lourdes conséquences sur la...