17.4 C
Paris
mardi 9 août 2022

La formation, une voie de garage ?

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Interview de Marie-Alice Portmann, DRH Ayming.   Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

 

Aujourd’hui, le job de responsable formation est réservé à ceux qui ont plusieurs années d’expérience, au minimum 3 à 5 ans. Et pour accéder à ce poste, plusieurs voies sont possibles. Classiquement, le candidat, diplômé en RH, fait généralement ses classes dans un service ressources humaines. Chargé de recrutement ou assistant RH à ses débuts, il évolué ensuite vers un poste de chargé de formation avant de devenir responsable. Mais en interne, les managers, ceux reconvertis dans la formation qui connaissent bien l’entreprise dans laquelle ils travaillent, peuvent aussi espérer devenir responsable formation.

 

Une fois en poste, ce dernier, qui travaille généralement au sein de grandes entreprises, touche un salaire d’environ 35/40 k€/an pour un junior jusqu’à 50/55 k€/an pour un sénior. Mais Gaëtan Mairiaux met en garde les postulants : « la formation est un peu une voie de garage ». Le risque ? « Les responsables formation, considérés comme trop spécialisés par les recruteurs, ont parfois des difficultés à rebasculer vers un autre poste dans le service RH ». Noemie-Sichel Dulong précise que ceux qui parviennent à étoffer leur poste avec le recrutement et le pilotage des carrières pourront se diriger vers le métier de responsable développement RH. Autre piste, quitter l’entreprise et devenir consultant formation dans un cabinet. En période de crise et de baisse des budgets, certaines entreprises ont en effet externalisé la formation dans l’objectif d’optimiser les coûts. Reste une ultime voie de sortie pour ceux qui ont de l’ambition : prendre la place du DRH !

 

Audrey Pelé

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

Recrutement et « effet papillon »

"Les moindres petites choses effectuées impactent le reste du monde environnant". Le message de Taha Mansour, centralien, mentaliste et consultant en soft skills et...

Inscription ouverte au #RRHday 2022

La 5e édition du #RRHDay pour évolution RH aura lieu au siège du MEDEF, Paris 7e. DRH et décideurs confronteront leur point de vue...

RH et hybridation : l’art pour les DRH d’enrichir les synergies et connexions humaines

Tribune de Patrick Plein, VP Human Resources chez VINCI Energies International & Systems   L’hybridation est une véritable tendance de fond et constitue un nouveau défi pour...

«La crise a accéléré la digitalisation et la culture de l’innovation chez Rémy Cointreau»

Interview de Marc-Henri Bernard, DRH de Rémy Cointreau, groupe français de spiritueux Le groupe français de spiritueux a vu son e-commerce exploser. De nouvelles compétences...

Le rôle citoyen de l’entreprise est une évidence

Interview de Sandrine Wetter, DRH de Teleperformance La crise sanitaire a élargi le champ d’intervention de la RH, plus impliquée dans le développement personnel, la...