2.6 C
Paris
dimanche 24 janvier 2021

Kellogg France veut stimuler la créativité par un cadre de travail stimulant !

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

Interview de Rachida Saraka, DRH Kellogg France.

 

Vous avez annoncé le lancement de votre nouvelle marque employeur en novembre dernier sur le thème « Nourrissons une même ambition pour le monde ». Voulez-vous nous préciser votre positionnement ?

Définir notre marque employeur nous a semblé évident à la fois pour rester dans l’esprit des candidats qui souhaitent intégrer l’entreprise mais aussi pour développer une notion de fierté d’appartenance qui émerge chez les employés déjà en poste. À travers le lancement de cette nouvelle marque employeur, notre volonté est de rassembler nos collaborateurs dans un cadre de travail stimulant pour qu’ils se révèlent et se réinventent. Notre ambition est d’accompagner la transformation du business. Et nous sommes convaincus que le plaisir nourrit la performance.

Nous oeuvrons déjà pour la notion de plaisir auprès de nos consommateurs. Nous voulons également marquer les esprits en tant qu’employeur de référence sur le plaisir de travailler qui génère de la performance. Nos managers jouent à cet égard un rôle très important avec la culture du feedback, l’accompagnement de nos collaborateurs et le parcours de carrière.

Vous soulignez l’inclusion comme moteur de l’engagement et condition de réussite. Comment cela se décline-t-il sur le terrain ?

L’inclusion, la diversité et la RSE sont notre fer de lance. En termes de parité hommes-femmes, nous avons signé un engagement pour une parité totale en Europe sur les métiers de direction et de management d’ici 2025 ; en 2019, notre index égalité homme-femme affichait un score de 95 sur 100, soulignant la faible différence de salaire entre les hommes et les femmes ; sur les 8 membres de notre comité de direction, 5 sont des femmes. En termes de diversité multiculturelle, nous accueillons de nombreuses nationalités et en termes d’orientation sexuelle et communautés LGBT, nous avons de nombreux labels à notre actif.

La RSE est par ailleurs un critère fondamental des candidats pour déterminer quelle entreprise ils vont choisir. « Cultivons la simplicité » est notre programme RSE lancé début 2020 : c’est la pierre angulaire de notre nouvelle stratégie commerciale sur le marché français. Nous nous appuyons sur trois engagements : la nutrition (depuis janvier 2020, nous avons volontairement adopté le label Nutriscore dans une démarche de transparence et avons réduit en 2019 de 30 % le taux de sucre pour notre marque phare Cocopops) ; l’environnement avec l’engagement que nos céréales soient issues de filières durables ; le plaisir et le partage, avec la lutte contre la précarité alimentaire au travers notamment d’un partenariat avec ANDES, le réseau d’épiceries solidaires et les banques alimentaires en France.

Vous parlez de la flexibilité comme nouvelle expérience de travail. En quoi est-ce un élément clé de votre différenciation ?

A Kellogg France, nous avons pour ambition de cultiver la flexibilité au travail, avec des horaires aménagés d’été (nos Summer Hours permettent de partir plus tôt le vendredi à partir de 15h), un partenariat avec les crèches Les Petits Chaperons Rouges, une indemnité ponctuelle pour l’achat d’équipement lié au télétravail et portail d’entreprise… Nous sommes la première entreprise du secteur agroalimentaire proposant de décorréler la performance du lieu de travail. Avant la crise sanitaire, le télétravail était déjà une pratique généralisée au sein de l’entreprise, 100 % des collaborateurs y étaient éligibles et 96 % avaient déjà eu au moins une fois recours au télétravail en 2019. Lors de cette crise sanitaire, nous avons fait le choix de maintenir le travail, d’augmenter les formations et de ne pas recourir au chômage partiel. C’est là aussi un engagement sociétal fort.

 

Propos recueillis par Pascale Kroll

 

 

Crédit photo : @Amelie Marzouk

 

 

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

2021 : De l’ancrage et de la fermeté pour les RH

  Une nouvelle année dans l’expectative. Tout le monde attend, d’autres « reconfinements » ou pas… la fin de turpitudes économiques ou pas, la fin d’un...

Résultats de l’enquête « Quel futur pour le management de transition? »

Le management de transition devient-il une voie incontournable pour réussir la transformation des entreprises ? Quelle croissance et quelle évolution pour le management de transition...

Lancement du JOBSFERIC LAB en partenariat avec la plateforme MOBITEACH de XPERTEAM !

  MOBITEACH - Médaillé d'or des Brandon Hall Excellence Awards dans la catégorie "Solutions d'animation de formation".       MOBITEACH vient de remporter l'un des très connus Brandon...

« Une marque ne peut vivre sans une identité sonore performante, elle a trop à perdre »

Interview de Michael Boumendil, président et fondateur de Sixième son Vous avez lancé, en partenariat avec Harris Interactive, un baromètre annuel d'évaluation de la performance...

Kellogg France veut stimuler la créativité par un cadre de travail stimulant !

Interview de Rachida Saraka, DRH Kellogg France.   Vous avez annoncé le lancement de votre nouvelle marque employeur en novembre dernier sur le thème « Nourrissons une...