5.7 C
Paris
dimanche 18 avril 2021

Capital santé des collaborateurs : enjeu stratégique pour les DRH

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

Tribune de Charles-Henri Besseyre des Horts, directeur de la Chaire Webhelp-HEC « Capital Humain et Performance ».

 

Il n’est pas superflu de s’intéresser à la question de la santé des personnes dans l’entreprise tant il est important de préserver un capital dont l’importance s’accroît avec le vieillissement progressif des effectifs dans nos entreprises.

Même si cette question a connu un fort regain d’intérêt depuis près d’une dizaine d’années avec la prise en compte de plus en plus sérieuse des risques psychosociaux et des principaux facteurs de stress souvent liés à l’explosion des outils modernes de communication, l’entreprise n’a découvert que récemment la dimension cruciale du capital constitué par la qualité de la santé des collaborateurs au-delà des démarches traditionnelles de prévention . Sur le plan individuel, on peut observer le succès phénoménal d’un livre sur la responsabilisation personnelle vis-à-vis de sa santé comme celui du Dr Saldmann qui, avec plus de 500 000 exemplaires vendus, a constitué l’un des plus gros succès en librairie en 2013. Comment ne pas voir dans la concomitance de ces deux phénomènes une prise de conscience tant de la part des entreprises que des individus du fait que des efforts sérieux doivent être menés au plan collectif et individuel pour préserver ce précieux capital qu’est la santé et ceci dans un contexte où l’âge de départ à la retraite sera sans doute encore repoussé dans les pays européens ? Les DRH ne sont pas en reste car ils ont été bien souvent moteurs dans cette prise de conscience au niveau collectif et individuel. Mais il est utile de revenir ici, sur les raisons qui expliquent ce regain d’intérêt pour la santé des individus dans l’entreprise, deux leviers à la disposition des DRH pour préserver ce précieux capital et les risques liés aux actions menées.

 

Pourquoi un regain d’intérêt pour la question de la santé des collaborateurs ?

 

La première raison qui explique cette attention nouvelle portée par les entreprises, et les DRH en particulier, à la question de la santé tient au phénomène démographique signalé plus haut à savoir le vieillissement progressif des effectifs dans un grand nombre d’entreprises en dépit des politiques qui ont conduit la France à être l’un des pays où le taux d’emploi des seniors est le plus faible. Les mesures prises ces dernières années en faveur de l’emploi des seniors ne peuvent qu’inciter les DRH à en anticiper les conséquences sur le plan de la santé.

La seconde raison est d’ordre sociétal avec l’importance prise par la RSE (Responsabilité sociétale de l’entreprise) dans les politiques des entreprises qui doivent montrer dans des réalités concrètes les engagements souvent pris par les dirigeants. Dans cette perspective, les actions menées en faveur de la préservation du capital santé des collaborateurs sont parmi les plus visibles qui peuvent sensiblement renforcer la réputation d’une entreprise où il fait « bon de vivre ».

La troisième raison est plus économique dans la mesure où de nombreuses études ont montré un lien entre la santé des collaborateurs et la performance de l’entreprise à commencer par celles qui examinent l’impact de l’absentéisme et du turnover depuis les travaux sur les coûts cachés menés depuis plus de trente ans par l’équipe de l’Iseor à Lyon sous la direction du Professeur Henri Savall. Le lien entre le capital santé et la performance est de plus en plus mis en avant pour justifier la mise en œuvre par les entreprises d’actions préventives destinées à le préserver comme le souligne, depuis quelques années, l’un des grands acteurs du secteur de la prévention dans son baromètre annuel sur la santé et le bien-être.

Vous devez être inscrit pour lire la suite de cet article ou télécharger votre livre blanc thématique !Cliquez ici pour vous créer un compte gratuitement sur Jobsféric.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

Une RH porteuse de la résilience des organisations?

A l’heure des incertitudes d’un monde en perpétuel mouvement, avec des entreprises en proie aux fluctuations  des marchés mais également aux cas de force...

L’entreprise apprenante, une fadaise ?

 Tribune de Mathieu Heidsieck, associé de Xperteam et fondateur de Mobiteach.   Trop souvent revendiqué à peu de frais pour un embellissement marketing, on finirait par...

Une entreprise résiliente dans un environnement imprévisible

Savoir décider dans l’incertitude : un processus ? Une tribune de Denis Bismuth.   La grande crise que nous vivons depuis plus d’une année a servi de...

Les DRH co-créateurs de la nouvelle entreprise?

Au rythme de mutation du virus Covid-19, nous vivons depuis le printemps dernier une « mutation » accélérée de notre société et de nos...

L’outil RH de réalité virtuelle Oddity VR révèle les soft skills

Dans un paysage économique et technologique en constante mutation, les compétences transversales et humaines, les soft skills, sont aussi stratégiques pour les entreprises que...