21.6 C
Paris
vendredi 18 juin 2021

Le Syndrome RH du Titanic

LES PLUS LUS

La spiritualité redonne-t-elle du sens à l’entreprise ?

Du fait religieux à la méditation. Entretien avec Muriel Jaouën.

Les neurosciences au service de l’entreprise apprenante

Les apprenants modernes ont changé : ils n’ont plus le temps de se former. Mais paradoxalement cela devient de plus en plus essentiel pour développer...

«Le DRH doit être le pilote de la transformation en alignant le corps social et l’esprit de la gouvernance»

Comment voyez-vous votre métier aujourd’hui et quels conseils donneriez-vous pour amener un collectif vers des objectifs communs?   Le DRH est amené à se transformer en un...

Les DRH enclins à faire de l’ingénierie de l’innovation pour agréger les compétences

Comment la fonction RH est-elle amenée aujourd’hui à déployer des écosystèmes digitaux RH? Cela fait un peu plus de 5 ans que la fonction RH...

 

 

Le Titanic appareille le 10 avril 1912 à 12 H de Southampton. A son bord, 2200 passagers.
Edward Smith, son commandant est un homme fier et rude. Il a la pression de Bruce Ismay Président de la White Star Line qui affrète ce navire.
Malgré les signalements d’iceberg de trois navires qui alertent le Titanic, le Commandant pousse le navire à sa vitesse maximum conforté par la notion de sécurité apportée par l’architecte naval, Tomas Andrews, qui est à son bord.

Nous connaissons tous la suite : gouvernails sous dimensionnés ce qui fait virer le navire trop lentement et percuter l’iceberg, canots insuffisamment remplis par cause de mauvais management de crise le tout sur un fond de campagne de presse qui exagère la sécurité de ce navire. Résultat : 1500 morts.

La fierté et le sentiment d’invulnérabilité sur un fond de croyance que tout dure toujours sont les principales causes de ce drame humain. Mais qu’en est-il de notre faculté de recul de dirigeant aujourd’hui ?

Notre société n’est-elle pas embarquée à bord d’un vaisseau dont certains le pensent insubmersible ? Quels sont nos icebergs ? Quels sont les facteurs qui augmentent les risques parfois à notre insu ?
Nul doute que l’humain est à la barre mais au-delà des compétences avons-nous des qualités humaines suffisantes pour améliorer notre niveau de conscience et sortir du risque de l’aveuglement ?
Si la conscience éveillée est enfouie dans les tréfonds de notre inconscient apeuré et routinier enfermés dans la forteresse de nos certitudes, comment pouvons-nous réaliser nos limites ?

Si votre métier vous amène à gérer des Hommes vous savez que l’humain est fondamentalement biologique. C’est la raison principale pour laquelle les approches « Psy comportementales » vendues aux entreprises et loin de la psychologie et de la psychosociologie officielle (diplômes de facultés) fonctionnent avec peu de résultats à long terme. La biologie de l’humain réagit à son environnement interne et à ses perceptions externes. Or, si le stress et un rapport dégradé au temps le force à devenir sourd aux stimuli essentiels, ses équilibres fondamentaux sont rompus.

Voici donc la thèse proposée : le syndrome RH du Titanic consiste à une gestion des priorités et des valeurs altérée par des déséquilibres biologiques, psychologiques et relationnels. En d’autres termes à ne plus se préoccuper de l’essentiel c’est-à-dire LA VIE. Lorsque dans une organisation, un ou des dirigeants ignorent, volontairement ou inconsciemment LA VIE, leurs décisions peuvent les conduire à commettre des erreurs parfois irréparables…

Ajoutez à cela une bonne dose d’EGO qui prend le contrôle sur la CONSCIENCE et l’EQUILIBRE biologique et vous avez des personnes qui jouent « Ego Perso », des groupes internes de pression, des luttes intestines le tout au détriment de la qualité, de l’efficacité, de l’intégrité.

Ces comportements « Ergocentriques » (monter sur ses ergots pour se grandir) sont extrêmement contagieux dans un microcosme qu’est l’entreprise. Dès lors, il s’ensuit des mouvements de démotivation, désaffection pour la valeur travail. Avant on « faisait son travail » maintenant on « fait ses heures ».

Comment savoir si vous êtes atteints de ce syndrome ? Il vous suffit de vous interroger au calme :

Physiologique
⇨ Ai-je des addictions ?
⇨ Suis-je en bonne santé ? (ais-je « du ventre », est-ce que je pratique un sport modérément sans me faire mal, ais-je un rapport équilibré à l’alimentation ? Comment est mon sommeil ?…)
Psychologique
⇨ Ai-je des addictions ?
⇨ Suis-je ouvert d’esprit ?
⇨ Quelles sont mes frustrations ?
⇨ Suis-je proche de mes rêves (« fais de ta vie un rêve des du rêve une réalité » Antoine de St Exupéry)
⇨ Combien de temps est-ce que consacre à apprendre sérieusement ?
⇨ Ai-je des victimes sur la conscience ?
Relationnel
⇨ Comment suis-je critique et comment puis-je entendre la contradiction ?
⇨ Suis-je un bon conjoint, parent, ami ?
⇨ Si je laisse le choix à mes enfants, voudront-il que je reste leur parent ?
⇨ Si je laisse le choix à mes subalternes, mes collègues, ma hiérarchie, voudront-ils que je reste ?
⇨ Ai-je des nouveaux amis régulièrement ?

La RH est une centrale de veille, d’alerte et d’action. C’est le radar de l’humain dans l’entreprise.
C’est bien plus qu’un métier, c’est une vocation, voire un sacerdoce. Oui mais qui prend vraiment soin de celles et ceux qui gèrent l’humain dans l’entreprise ? Leurs souffrances, leurs doutes, leurs stress, leur inquiétude…

Dans prochain article, nous aborderont les apports des correctifs fondamentaux de l’équilibre humain sur son efficience professionnelle, sa santé, sa capacité au bonheur et sa posture dans la société.

Le syndrome RH du Titanic n’existe que pour nous rappeler que nous ne sommes que des Humains. « Si tu fermes la porte à toutes les erreurs, la vérité elle aussi restera dehors ».

Prenez soin de vous, c’est votre meilleur capital.

Jean-Christian Wilmes

Jean-Christian Wilmes, hybride entrepreneur et scientifique voue sa vie à l’équilibre de ses contemporains. Créateur et chef d’entreprises, fondateur de Valoriance® (www.valoriance.fr) et créateur de Sophrosurleau®. Sophrologue et thérapeute, il participe activement depuis plus de 20 ans à la réussite des cadres et dirigeants à partir d’une approche scientifique pour réussir sans nuire.

Autres articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

DERNIERS ARTICLES

L’entreprise hybride : adaptabilité permanente et confiance

Interview d'Eric BACHELLEREAU, DRH du Groupe ALTRAN   Quelles leçons tirez-vous de cette crise sanitaire et de ses conséquences sur l’organisation du travail ? L’organisation hybride concerne...

Santé et nouvelles technologies : une révolution en marche

Interview de Rémi BOYER, DRH du groupe KORIAN   Pouvez-nous vous présenter votre groupe et les particularités de vos métiers ? Le groupe Korian emploie 56 000 salariés en...

Covid, environnement et nouveau souffle de l’Aéronautique vers la mobilité du futur

Interview de Frédéric HENRION, DRH SAFRAN Helicopter Engines   Pouvez-vous nous expliquer vos activités et qu’entendez-vous au sein du groupe Safran par Responsabilité Sociale des Entreprises...

Le DRH stratège et « maker » pour favoriser l’agilité de situation, rassurer et faire bouger les lignes

Interview de Virginie FLORE, DRH Groupe Spie batignolles   Comment votre groupe a -t-il affronté la crise sanitaire actuelle et les confinements ? En l’espace de 24 heures,...

« Connaître ses enjeux business à moyen terme et rester sur ses fondamentaux RH coûte que coûte »

Interview de Patrick PLEIN, VP Human Resources chez VINCI Energies International & Systems. Nous vivons une période exceptionnelle qui aura de lourdes conséquences sur la...