L’approche neurocognitive et comportementale (ANC) est un modèle scientifique et multidisciplinaire de compréhension des comportements humains dont les recherches sont menées à l’Institut de Médecine Environnementale (IME) dirigé par le Dr Jacques Fradin. Elle repose sur les modes de fonctionnement du cerveau et permet de mieux comprendre les mécanismes qui rentrent en jeu dans les décisions et les comportements. Agnès Faury Cedioli, consultante certifiée ANC, nous explique comment la démarche peut s’appliquer au management.

D’après Agnès Faury Cedioli, la connaissance du fonctionnement des quatre territoires du cerveau rentrant en jeu lors d’une décision peut apporter des éclairages sur les comportements et les modes de pensée et actions :

• L’hypothalamus est le territoire instinctif du cerveau, celui de la « survie individuelle ». Et il est le plus rapide. Là, se produisent le stress ou le calme. Durant la période périnatale, dite de l’empreinte, les pulsions des états fonctionnels instinctifs sont mémorisées. Elles développent les motivations profondes et inaltérables ou personnalités primaires. « Jusqu’à trois mois, le bébé va valoriser tout ce qui lui arrive, ce qui constituera son tempérament ».
• Les amygdales limbiques constituent le territoire hiérarchique où se situent les rapports de force : dominant/soumis/marginal/intégré. On y trouve l’instinct de survie dans le groupe et la façon de s’y comporter. « A la naissance, tout serait déjà calé » précise Agnès Faury Cedioli.
• Le néo limbique ou territoire émotionnel serait vierge d’émotion propre jusqu’à trois mois d’existence environ. Puis, il se remplit au fur et à mesure du vécu et des apprentissages. Cette partie du cerveau est le siège des émotions, des motivations, des valeurs et de la personnalité. La rencontre mémorisée des pulsions instinctives avec les succès et les échecs des stratégies utilisées pour les satisfaire constituent les « personnalités secondaires  » ou le caractère. C’est aussi le cœur du mode mental automatique. « Il gère le connu, le déjà vu ».

• Quant au cortex préfrontal, ou territoire adaptatif, il traite les informations internes et externes. Il est spontanément mobilisé et s’active face à des situations complexes et inconnues. Il représente tout ce qui est adaptabilité et prise de recul : la curiosité, l’acceptation, la nuance, la relativité, la réflexion logique et l’opinion personnelle. « Quand on est dans ces dimensions là, on ne peut pas stresser. C’est ce qu’on appelle notre mode mental adaptatif ».

Le mécanisme du stress

——————————–

Vous devez être inscrit pour lire la suite cet article !

Cliquez ici pour vous créer un compte gratuitement sur Jobsféric.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here