Ressources humaines

Les Ressources Humaines à l'épreuve de l'intelligence artificielle

Conférence organisée par le CIFFOP le 26 octobre 2017.
A gauche Bernard LEMAIRE - Directeur des Ressources Humaines, président de l'Institut du Mieux Vivre en Entreprise, tuteur Master RH CIFFOP Executive.
Likez JOBSFERIC sur Facebook

L'émergence des applications utilisant de plus en plus d'I.A. préface une nouvelle révolution de bon nombre de métiers dont nous mesurons encore mal les conséquences. La gestion des Ressources Humaines n'échappera pas non plus à cette révolution:

 

 

Les process de recrutement, d'évaluation, d'accompagnement & de développement des salariés, mais également de gestion des effectifs sont déjà bouleversés par de nouvelles avancées technologiques.

Organisés par le Master RH CIFFOP Executive, 3 ateliers ont abordé ces lthèmes avec l'intervention d'entrepreneurs et de professionnels qui préfigurent cette nouvelle révolution, dont Othmane IZI (Reminder),Frédéric Groussolles (Russell Reynolds - précédemment Country manager for Google France), Guillaume Piot (Talentoday), Timothée Ferras (The Place To Coach), Daniel Louis (Eptica Lingway), Kristy Anamatou (Open Leadership Practice), Quentin Guilluy (Ouiteam), Julien Perona (Addworking).

 

 

L’IA, de quoi parle t-on exactement?

 

 

On fait de plus en plus appel à des algorithmes.

Catégorisation de notre conscience depuis les Données (Savoir) => qui se transforment en Information (Savoir) => et en Connaissance (Savoir) => et plus on avance plus on crée de l’Intelligence (IA faible) => et lorsqu’on arrive au-dessus de la Conscience artificielle (IA forte)
Aujourd’hui la majorité des applications qui sortent et que l’on utilise sont plus sur les IA faibles qui font appel à de l’intelligence et qui font appel à des algorithmes. Il existe un test de Turing pour mesurer une intelligence artificielle (ce test dit lorsque nous arriverons à converser avec une machine sans se rendre compte que c’est une machine, alors on aura atteint de le dernier stade de l’intelligence artificielle). Chatbot sorti l’année dernière chez Microsoft qui s’appelait Tay. En 24 heures, ce chatbot a été débranché par Microsoft parce qu’il est passé d’un stade où il était plutôt sympathique à un stade où il est devenu raciste, négationniste et admirateur d’Hitler (en apprenant par des informations de jeunes américains). (Ex de Tweet de Tay : “je fume d'la weed devant la police”).


Rapport d’un député sénateur où il est sujet d’une Intelligence artificielle maîtrisée, utile et mystifiée. On peut parler d’intelligence artificielle mais il paraît plus intéressant de parler d’intelligence augmentée puisqu’il s’agit pour nous à partir de ces outils d’élargir nos capacités cognitives.
Pour évoquer cette intelligence artificielle et cette réalité augmentée, il y a 2 points à évoquer:


- Tout d’abord, l’évolution technologique ne suit pas une courbe tout à fait habituelle. Il y a ici l’apparition d’une technologie nouvelle qui va soulever un certain enthousiasme. Puis on expérimente les choses mais tout n’est pas au RDV (la courbe a alors tendance à redescendre suite à cette désillusion). Puis les entreprises commencent à se mettre à employer ces technologies et on va pouvoir obtenir un certain équilibre. D’où une question : où en sont les outils développés par rapport à cette courbe ?


- Ouvrage de Thierry Magnin “Penser l’humain au temps de l’homme augmenté” : il faut penser que ces technologies nous posent un certain nombre de questions à propos de certaines peurs que nous ressentons, en particulier :
● peur de devenir tout artificiel, ne pas être soi-même. Finalement, l’homme augmenté c’est l’homme qui va avoir intégré des implants et à force d’avoir des implants, son cerveau est partout.
● peur de pas être à sa juste place lorsque, par exemple, on va faire appel à de l’eugénisme, quand on va pouvoir sélectionner quasiment les enfants qu’on va vouloir avoir. Donc peur de ne pas être à sa juste place dans cette évolution.
● peur de sa propre puissance non maîtrisable. Finalement est-ce que l’on est pas dans quelque chose qui nous dépasse, qui nous entraîne, qui nous emporte, qui n’a pas de fin.

 

 

Un nouveau registre sémantique à explorer

 

 

Voir le blog d’Olivier Ezratti : il a créé un rapport sur le sujet de l’intelligence artificielle et il nous permet d’accéder à tout ce vocabulaire, à en comprendre les tenants et aboutissants et surtout à voir que cette discipline de IA à la croisée des chemins de plusieurs matières : mathématiques, philosophie, psycho, neurosciences, biologie, linguistique...Tout le vocable dont on va entendre parler fait appel à l’ensemble de ces matières.

 

 


Vous venez de lire la première partie de cet article. Pour lire la suite, créez un compte, ou connectez-vous.

Derniers articles pro
Articles les plus lus