Votre start-up met des intérimaires à disposition des entreprises et recourt au digital uniquement pour les questions de gestion et d’administration. Pourquoi ne pas avoir fait le choix des algorithmes pour créer un matching entre candidats et postes à pourvoir ?

Je dis un grand oui à l’intelligence artificielle car c’est la nouveauté, c’est vers cela que se dirige notre société. Au sein des RH aussi, l’IA a sa place mais comme un outil qui doit être utilisé à bon escient. Les chatbot par exemple sont très efficients pour soulager un service qui doit toujours répondre au même question quand un nouveau collaborateur arrive. Pour le recrutement en revanche, je ne sais pas encore quelle forme cela peut prendre. Nous nous dissocions de cette approche car selon nous, l’IA et les algorithmes mettent en valeur des critères de compétences qui correspondent au besoin d’un poste mais qui ne permettent pas de savoir si la personnalité du candidat est adaptée à l’entreprise qui embauche.

En quoi la solution proposée par Staffmatch se différencie-t-elle de ce qui existe sur le marché intérimaire ?

Notre spécificité consiste justement à nous appuyer sur cette double approche physique et numérique. Nous nous situons ainsi entre les majors du secteur qui croulent sous la paperasse mais rencontrent les candidats en physique et les nouvelles entreprises de l’intérim où tout ne passe plus que par le digital. Nous conservons l’aspect humain par le biais de nos agences parce que cela nous paraît essentiel. Mais nous rendons le travail des entreprises plus faciles grâce à la digitalisation de la gestion et de l’administration.

——————————–

Vous devez être inscrit pour lire la suite cet article !

Cliquez ici pour vous créer un compte gratuitement sur Jobsféric

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here