La formation se métamorphose et les intermédiaires ont vocation à disparaître. Les responsables de formation sont conscients du tsunami. Ils planchent à l’heure actuelle sur des nouveaux modèles d’apprentissage afin de le rendre plus combinable avec les différentes approches basées sur les interactions entre les individus. Poussés par les MOOC, certains refondent le cadre général de la formation en entreprise et réfléchissent à la mise en place de COOC, plus adaptés aux besoins métiers.

 

 

Ouverts à tous et gratuits, les MOOC (Massive Open Online Course) ont permis une démocratisation de la formation et séduisent désormais l’entreprise pour former ses salariés. Accessibles via un ordinateur ou un mobile, ils se délivrent sous la forme de ressources variées, et surtout de la vidéo, et se composent essentiellement de sessions courtes. Ils sont orientés mise en situation et permettent de développer l’opérationnalité des individus. Complétés par les échanges entre pairs ou un enseignant, ils ont vocation à couvrir tous les domaines de formation.

Les MOOC répondent aujourd’hui aux nécessités d’apprentissage et font de l’ombre aux formations à distance habituellement utilisées en entreprise. Peux onéreux, ils répondent par ailleurs aux contraintes économiques de plus en plus pressantes pour les entreprises. Geoffroy De Lestrange, responsable marketing France de Cornerstone OnDemand, précise : « Les contenus des MOOC ont un format standard et s’intègrent parfaitement aux plateformes existantes au sein des entreprises. On remarque une plus grande tendance pour les apprentissages collaboratifs et sociaux. Les entreprises développent à l’heure actuelle les groupes de discussion autour des sujets de formation. »

Le salarié-consommateur devient exigent car il peut puiser partout la nourriture dont il a besoin et revendique la même chose en interne. Aujourd’hui, il se prend davantage en main (et c’est d’ailleurs ce qui lui est demandé dans le cadre de la nouvelle loi sur la formation professionnelle) grâce à l’accessibilité des solutions en ligne et peut œuvrer pour développer son employabilité. Les responsables de formation vont de plus en plus être sollicités par les collaborateurs pour mettre à disposition des MOOC en interne. Installés dans l’offre de formation, ils conviennent aux stratégies d’apprentissage, aux motivations et aux besoins (Baromètre Cegos de la formation professionnelle 2014).

 

 

 

Repenser l’ingénierie de formation et mettre en place des COOC ou MOOC Corporate

 

 

 

Les MOOC, plus modernes, vont de plus en plus concurrencer les formules en e-learning et blended (en présentiel et à distance) car ils combinent différentes modalités d’apprentissage, même si, la plupart du temps ils ne proposent que des formations en ligne. Ils sont aujourd’hui installés dans les offres de formation. Utilisés par l’entreprise sous le vocable COOC (Corporate Online Open Course), les MOOC ont été spécifiquement adaptés aux besoins des métiers. Avec les COOC, des communautés d’apprenants se forment, et, les uns et les autres contribuent à l’amélioration des programmes.

Le rôle du responsable de formation devient celui d’un curateur ou d’un accompagner afin d’identifier les principales offres par formation professionnelle. Devraient se développer de plus en plus les outils d’aide à la curation comme scoop.it. Une fois qu’il aura fait son choix, le responsable formation devra tester le MOOC qui l’intéresse pour sonder sa pertinence mais également juger de quelle façon il peut s’inscrire dans le plan de formation de l’entreprise.

Le responsable de formation va devoir mobiliser de nouvelles compétences : son rôle aujourd’hui est d’identifier en interne les collaborateurs capables de participer à la production des « livrables ». «  L’entreprise commence à demander aux collaborateurs de structurer leurs connaissances et de les mettre à disposition en interne afin faciliter la transmission des savoirs. Les responsables de formation font devoir faire le tri des données et travailler en étroite collaboration avec les services opérationnels » explique Goeffroy de Lestrange.

L’interactivité dans les MOOC étant primordiale pour en assurer la qualité, il va falloir également générer davantage d’échanges entre les salariés et donc miser sur le community management. Les objectifs pédagogiques du MOOC vont également être déterminants à sa réussite. En ce qui concerne les COOC, l’expert insiste sur l’importante de réaliser un travail d’ingénierie pédagogique pour créer des formats simples, accessibles et sociaux. La brique évaluation est encore, pour l’instant, facultative. Afin de mieux récolter les informations, l’outil Cornerstone Ondemand propose un module check-list d’observation.

Les questions à l’heure du jour tournent autour de la place de l’apprenant, de son rôle dans l’élaboration des cours, du plan de formation, de sa liberté de choisir ses modules tout en s’inscrivant dans la politique de l’entreprise. Le goût de l’apprentissage impulsé par l’approche très libre et ouverte du MOOC ne risque-t-il pas de se tarir à nouveau dans un environnement contraint ? Les MOOC, effets de mode ou pas, créent néanmoins une véritable rupture dans les mentalités.

 

 

Christel Lambolez

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here