Ressources humaines

«Les bonnes relations représentent la première source de bien-être»

Interview de Samuel Metias, CEO de Comeet.
"Les gens qui ont un plus grand réseau professionnel sont plus heureux au travail."

La question de la qualité de vie au travail n'a cessé d'évoluer. Comment abordera-t-on la problématique demain ?

 


Je pense que ce ne sera plus un sujet tellement ce sera devenu naturel car ce sera une nécessité pour pouvoir recruter des talents. Avec la génération Millénium, la question du bien-être passe avant le salaire. Cela va permettre aussi de réaliser des sources d'économie monstrueuses et les entreprises n'en ont pas conscience.

Concrètement, le bien-être au travail agit sur trois facteurs principaux. Il permet de réduire le nombre de jours d'absence, ce qui coûte cher à l'entreprise. S'il y a moins de burn-out et que les salariés se sentent bien dans leur entreprise, ils ont moins tendance à être absents. La qualité de vie au travail joue aussi sur la fidélisation : un collaborateur qui se plaît en entreprise aurait plus tendance à y rester, ce qui évite des erreurs de recrutements et rentabilise les formations. Le turn-over se chiffre en millier d'euros pour les entreprises. Enfin, le dernier axe concerne la productivité. Nous sommes plus efficaces quand nous sommes heureux que quand nous nous sentons mal, le bien-être au travail permet donc aux entreprises de compter des salariés qui travaillent plus pour un même coût.


Vous venez de lire la première partie de cet article. Pour lire la suite, créez un compte, ou connectez-vous.